lundi 7 mai 2007

Être différent, c'est mercantilisable?

Ça fait quelques jours que ça m'irrite, que lorsque je prends le métro, je suis dégoûté par cette vision hideuse et même rhétoriquement improbable du slogan crasse que voici: X est différente, elle aime y et z. Vous aurez deviné que je vous parle de la campagne publicitaire de la plaza St-Hubert. En tant que tel, cet îlot de boutiques dépareillées ne me cause pas de préjudice autre que d'encourager la consommation de masse comme le fait finalement n'importe quel centre commercial.

Dans notre joyeuse société, on magasine compulsivement pour mieux s'échapper de nos réalités blasantes: donnons de l'amour à ces tonnes d'objets inutiles fabriqués par des enfants meurtris par le fouet dans les pays sous-développés. Pour ajouter à ces dires, pourquoi ne pas parler des coûts de transport qui ont un impact faramineux sur l'écosystème et du suremballage qui remplie vos poubelles. Vous faites du recyclage: bravo, vous êtes tellement responsable! Vous vous assurez que vos produits de beauté ne sont pas testés sur des animaux? C'est une bien louable attention, après tout, ce n'est pas parce que pour faire ces produits, il faut tuer des baleines (pour le rouge à lèvre) et que ces dits produits seront testés sur des malaisiens à la place de lapins que vous devriez avoir la conscience troublée.

Reste que ce n'était pas de cela que je voulais traiter. Je voulais m'attaquer à la campagne publicitaire du la plaza St-Hubert: "Anouk est différente, elle aime latex et littérature". Bon, en soit ce n'est pas mauvais, mais encore faudrait-il qu'il y ait une boutique qui combine ces deux choses pour être originale. Lorsqu'on se rend compte qu'Anouk ne fait finalement que consommer ces deux choses, en quoi est-elle différente des autres? Que je sache, un boutique dépend d'une clientèle variée pour pouvoir tirer son épingle du jeu, alors il y a des tas de personnes qui bouquinent et des tas d'autres qui achètent des trucs de latex. N'est-il pas évident qu'Anouk n'est qu'une personne parmi tant d'autres personnes insignifiantes comme consommatrice? La même chose s'applique pour ces emos, ces skatteurs, ces rappeurs et finalement toute personne conformiste en tout lieu à la société de consommation.

Un truc qui m'avait fait rire, c'était cette publicité de téléphone cellulaire marginal ou bohème... en quoi quelqu'un qui désire absolument se faire déranger à tout moment de sa vie (je vois déjà la plupart d'entre vous qui voudraient m'exécuter sur le champs et qui me répondraient: mais je n'ai qu'à l'éteindre... pathétique!) peut-il honnêtement prétendre avoir une forme ou une autre d'une personne en marge de la société ou encore pire, bohème, qui vole de ses propres ailes, en s'aliénant un contrat stupide qui lui fournit un tas de publicités exclusives et de forfaits inutiles? La liberté n'est-elle pas faite entre autre de l'exclusion de harcèlement volontaire?

Je vous dit ça en sachant très bien que la grande majorité de mes amis sont ou deviendront des conformistes. Eux-mêmes ne l'assument pas toujours très bien, ils disent bien croire à une certaine forme d'idéalisme qu'ils anéantissent par leurs actions. Ce ne sont pas de mauvaises personnes pour autant, loin de là. On a tous le choix d'être libre (enfin, dans un cadre relativement modeste) et on peut faire des actions en ce sens ou non. Je pense simplement qu'il faut savoir qui on est et qu'en participant aux aspects de la société qu'on peut dénoncer en parole, on encourage ces mêmes aspects.

Il serait probablement intéressant d'analyser en détail mes défauts en ces termes: j'aime le fast-food et j'en mange sans tenir compte du restaurant. Par le fait même, j'encourage l'anti-syndicalisme, l'exploitation des jeunes, la monoculture alimentaire, la dégradation culturelle des traditions alimentaires, les contenants à usage unique (ça j'essaye d'éviter lorsque c'est possible) et ainsi de suite. Je considère simplement que ce n'est pas mon combat, mais au moins j'ai le mérite d'en être conscient. Parce qu'il est dur de vivre sans contradiction, peut-être devrait-on être indulgent envers ceux qui sont conscients de l'impact de leurs actions et qui sont avides d'informations. Là-dessus, je crois que j'en ai assez dit, bonne nuit!

2 commentaires:

Carl inc. a dit...

Je dois dire que j'ai cette pub particulièrement insipide, mais dans le contexte de la publicité, je ne vois pas comment elle mieux ou pire qu'une autre, en terme de marchandisation et de consumérisme (hier, sur mon blogue, je parlais justement de ce sujet, mais au niveau de la religion).


Mais ton commentaire, cher confrère, est réducteur de ce qu'est la différente. Par exemple, on aurait pu dire "Anouk est différente, elle a le quotient intellectuel d'une chèvre" ou "Anouk est différente, elle va passer 6 mois par année en Mongolie pour aider des Mongols à s'occuper de chèvres" ou encore "Anouk est différente, elle a des cornes de chèvre" ou même "Anouk est différente; lorsqu'elle mange du fromage de chèvre elle se transforme en chèvre-garou" sans parler de "Anouk est différente, elle aime avoir des relations sexuelles avec des chèvres."

D'un autre côté, faire appel à la marginalité ne demande pas un pourcentage de marginalité minimum. En fait, le monde du fétichisme est quelque peu marginal, c'est un fait; mais sous-entendre que la plupart des gens pratiquant le fétichisme sont incapables d'aimer un livre, qu'ils sont de nature inculte c'est peut-être pas la meilleure façon de s'attirer une clientèle!

Ça a l'air de t'irriter tout particulièrement, mais je ne t'ai jamais entendu te plaindre des annonces de Wal-Mart qui vante leurs bienfaits pour le Québec, ou encore les annonces de lobbys pro-OGM qui parlent d'une souche de riz plus nutritive pour les enfants du tiers-monde, de la campagne de Saputo qui visait les enfants, etc. Il faut choisir ses combats, j'en suis conscient, mais en même temps, moi aussi, cette pub m'irrite au plus haut point!

Kim a dit...

Moi aussi je déteste cette pub. Finalement, ca revient a "Vous etes différent, comme tout le monde". Il y a des gens plus différents que d'autres, la preuve en est que certaines personnes ont plus de difficultés a se faire des amis. Ce n'est pas qu'une question d'aptitudes sociales. Quant t'es obligé d'expliquer chacune de tes blagues a tes interlocuteurs qui eux se comprennent entre eux, c'est parce que vous venez pas tous de la meme 'planete'.

Heureusement qu'il y a des gens comme le Cardinal!

Sur ce, chèvre.