mardi 29 mars 2011

Des élections

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce n’est pas l’enthousiasme le plus complet pour la course opposant les partis fédéraux canadiens. D’ailleurs, la plupart des observateurs, cyniques ou pas, croient que les Canadiens rééliront un gouvernement conservateur… certains prétendent qu’il sera majoritaire. Ayant suivi la politique depuis mon plus jeune âge, je vous propose les défis des chefs et le scénario que je crois le plus probable.

Stephen Harper est, selon moi, le meilleur stratège politique à Ottawa. Il a réussi à mettre la faute sur les partis d’opposition en faisant croire à la population que le pays est en élection suite au rejet du budget et non à la condamnation pour outrage au parlement. Il faut être un bon stratège pour être capable de trafiquer ainsi la réalité. Il devrait être capable de défendre son maigre bilan en précisant qu’aucun des autres chefs de parti n’a l’étoffe d’un premier ministre (et malheureusement, il a bien raison là-dessus, verriez-vous sérieusement Ignatieff à la tête du Canada). Rusé et patient, il sera venir à bout des autres en réinventant l’histoire comme il sait si bien le faire. Il aura cependant fort à faire s’il veut reprendre des comtés au Québec, surtout après avoir refusé de financer l’amphithéâtre.

Michael Ignatieff essayera visiblement de se donner un air plus populiste, lui qui a bien l’air de la Pauline Marois d’Ottawa. Il espérera aller chercher des votes en participant à des événements plus proches de la population, mais son parti est en déroute et ses troupes ne sont pas bien rodées pour essayer de prendre les conservateurs de court. Dans les sondages, il est même moins populaire que Stéphane Dion, c’est dire! Il doit lutter contre les conservateurs qui sont bien établis partout, sauf au Québec, dans les maritimes et dans l’ouest de l’Ontario,

Jack Layton est celui, qui, selon moi, a le plus à gagner à cette élection. Charismatique, il montre la force de son caractère à travers l’épreuve qui vit : rester à la tête d’un parti et vaincre un cancer. Malgré ses valeurs à la bonne place et les nombreuses qualités dont il fait preuve, il n’est pas assez agressif dans l’arène politique et son français pourrait également lui nuire. C’est le politicien le plus original et le plus cordial, il manque juste de leadership. Il va probablement conserver la ceinture nord de l’Ontario, une partie des maritimes et une partie de la Colombie-Britannique. S’il y avait des percées à faire, je prédirais probablement l’Ontario ainsi que la reconquête de la Colombie-Britannique.

Gilles Duceppe est assuré d’une majorité écrasante au Québec. Il aurait l’étoffe nécessaire pour être un chef d’État, mais la raison d’être de sa formation et de faire en sorte que les Québécois se sentent respectés et représentés à Ottawa. L’homme n’ayant pas la langue dans sa poche, aucune attaque n’est efficace contre lui, il est simplement l’homme de la situation. Il pourrait s’approprier quelques fiefs conservateurs dans la région de Québec, mais il pourrait également perdre quelques comtés si les libéraux jouent bien leurs cartes

Elizabeth May ne jouit pas d’un grand support médiatique pour le parti vert. Si elle avait à prendre un siège, je penserais à la Colombie-Britannique, mais il est fort probable qu’il n’y ait aucun élu chez les verts.

En somme, il sera difficile pour les conservateurs de consolider leurs appuis sans le Québec. Tant que le Bloc sera aussi fort au Québec, il est improbable qu’un gouvernement majoritaire se forme. Ma prédiction : un gouvernement conservateur minoritaire, si on écarte la coalition improbable des libéraux, du NPD et du Bloc. Par contre, il y a actuellement deux députés indépendants élus. Les conservateurs sont à quelques sièges d’un gouvernement majoritaire, eux aussi pourraient penser à faire équipe avec les députés indépendants et ainsi régner en maître, comme ils sont déjà habitués à le faire d’ailleurs.

Je vous encourage, quelle que soit votre opinion, à aller voter. Selon moi, les seules personnes qui ont le droit de critiquer les élections sont celles qui y participent.

1 commentaire:

Pierre-Julien Guay a dit...

Une étude scientifique a démontré que les cerveaux des libéraux et des conservateurs sont fondamentalement différents :
http://www.cell.com/current-biology/abstract/S0960-9822(11)00289-2