jeudi 24 juin 2010

La St-Jean, kossé ça donne?

La belle génération de la St-Jean aseptisée, exempte de mal de vivre, sans joies trop grandes, mais surtout sans peines. Le son de la fierté d’être québécois, sénégalais, français, voire belge, un spectacle avec une grosse fleur de lys, plus grosse que celle de l’année passée! Des gens, plein de gens qui écoutent la musique d’ici, celle d’ailleurs, tout en brandissant un fleurdelisée à gauche, à droite et en ouvrant la bouche, pour crier, mais pas trop, nous ne sommes pas au hockey. Écoutons donc le grand Gerry interprété par un Jonas pas trop senti, suivi de la musique de Marie-Mai et de celle d'autres des autres avec « tu sens la Vibe ». Je me sens de plus en plus québécois!

Il me semble que pourtant, j’ai comme un arrière-goût d’amertume; quelque part, j’ai de la peine, parce que la St-Jean d’aujourd’hui n’a rien à voir avec ce qu’elle représente pour moi. Si c’est ça la St-Jean, Ti-Poil doit se retourner dans sa tombe (au nombre de fois qu’il doit se retourner ces temps-ci, Hydro devrait songer à lui brancher une génératrice). « On est peut-être quelque chose comme un grand peuple! » et ben non René, je suis désolé, je pense que c’est Duplessis qui avait raison : « Peuple épais et ben reste épais ». Finalement, Durham pensait qu’il fallait nous assimiler, mais c’est faux, nous avons notre autonomie : on est très capable de disparaître par nous-mêmes.

2 commentaires:

Apollinien a dit...

Je reviens justement de la St-Jean au parc Maisonneuve. À mon grand étonnement, j'ai vu autant d'immigrants non-aryens que de Québécois de souche. J'ai même vu une couple de femmes voilées, et une petite fille musulmane danser sur du Offenbach bien gras! J'ai trouvé tout cela étrangement étrange...

Apollinien a dit...

Par ''Aryen'', je ne faisais aucune référence au nazisme. Je voulais dire ''Blanc'', mais ce terme me semble inadéquat parce que vous êtes roses ou couleur pêche pastel! Et Aryen (tiré de l'indo-européen ''noble'') me semble plus cool que ''Caucasien''...