samedi 22 mars 2008

Semaines de premières

Ces derniers temps, il semble que dans ma vie, il se soit fait beaucoup de choses pour la première fois. Je réalise qu'à l'âge de 23 ans, il devient difficile de savoir où on se situe par rapport à notre cheminement personnel. Mes dernières expériences me montrent qu'il y a toujours matière à actualiser son potentiel.


Par exemple, il y a deux semaines, c'était la première fois que je faisais un pâté chinois et un carré aux dattes, c'était également la première fois que j'enseignais la cuisine à un groupe de jeunes en difficulté (j'avais déjà eu l'occasion de donner quelques leçons à des amis, mais en beaucoup plus informel). Culinairement donc, j'ai fait ma première lasagne, ma première « batch » de sauce à spaghetti et mon premier pouding chômeur seul.


J'ai également dirigé mon frère pour répartir les tâches de la maison et je l'ai incité à sortir et à se faire plaisir. Nous avons cuisiné ensemble pour la première fois, puis, par la suite, nous avons tellement aimé la chose que nous avons continué ensemble. Ensuite, j'ai tenté de m'exprimer sur ma personne et ce fut quelque chose de difficile. J'ai également fait lire mon roman dans son ensemble pour la première fois.


Je suis allé voir un film au cinécampus pour la première fois cette année. Chose inouïe pour une personne comme moi, j'ai pris le temps d'aller magasiner une nouvelle paire de jeans tout seul. Je n'avais jamais magasiné seul, d'habitude, j'y vais avec ma mère... elle trouve déstabilisant que ça ne me dérange pas du tout de dire que je magasine avec elle. De plus, j'ai appris à repasser mes chemises, une belle évolution! Vicky m'a également appris à faire attention aux pièces de linge que je porte.


Côté social, j'ai repris la guitare quelques instants et je suis très fier de dire que pour la première fois, j'ai joué un air et j'ai chanté avec mon ami (le camarade Tchekov) des chansons de Claude Dubois, tout juste après avoir fait un peu de guitare ensemble et mangé des nachos gratinés avec de la salsa maison. J'ai également envoyé promener les grévistes qui ont piqueté mon cours d'histoire, la bande de demeurés me fait perdre mon argent gagné à la sueur de mon front (disons l'argent de mes parents) et je ne peux pas assister à mon cours pour « sauver » mes frais de scolarité. S'ils arrêtaient de me faire perdre temps et argent, ils seraient peut-être crédibles.


Enfin, pour la première fois dans ma vie, suite à avoir été malade très longtemps, on a remarqué mes progrès au gym. Cela dit, j'en ai profité pour jouer au badminton et je me suis foulé la cheville... on ne peut pas dire que j'ai été particulièrement gâté, mais cela m'a quand même apporté beaucoup, puisque pour la première fois, j'ai accepté mon état de faiblesse et que mon camarade Louis-David m'assiste pour que je puisse réaliser mon activité. Ah, pour la gouverne, pour la première fois en plusieurs années, j'ai mangé un excellent sandwich au falafel... mon petit doigt me dit que je pourrais bien avoir d'autres « premières » à annoncer à moyen terme.

3 commentaires:

Home Theater a dit...
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.
sylvie-anne a dit...

C'était la "première fois" que je visitais ton blog. Peut-être est-ce pour prendre conger de mes travaux ou lire autre chose que des trucs scolaires (ce n'est pas que Roger Lemelin ne me dit pas ou que Borges me perturbe...)... je ne sais pas, mais j'ai atteri sur ton blog. Ton premier (ou plutôt, ton dernier billet) m'a réellement plu. Est-ce mon esprit de littéraire qui analyse trop, qui désire trop extirper un sens, une pensée à tout...

Oui. Il y a ces premières fois où l'on se découvre autre. Qu'à 20 ans, nous n'avons rien fait. Que malgré la quotidienneté, il y a une facette que l'on ignore. Ces infinités de facettes dont nous n'aurions jamais cru l'existence. Il suffit de se détacher à peine de notre enracinement habituelle pour enfin prendre conscience de ce que nous sommes, de ce que nous pourrions être...(voir même, ce que nous devrions être) Il y a toujours ces premières fois. Ces fois où l'on se surprend. Les êtres et mêmes les choses qui nous entourent prennent dès lors une toute autre allure...

m'enfin. Je déblatère un peu. Tout ça pour dire que j'ai bien aimé ce billet :)

Voilà !

Sylvie-Anne

Apollinien a dit...

What the fuck ? Tu n'écris plus sur ton blogue ? Et nous, lecteurs avides, que sommes-nous supposées faire en attendant ?

Ce n'est pas un reproche... En fait, merci beaucoup d'avoir apporté ta perspective sur moi dans le "débat" qui fait rage sur mon blogue. Ça fait du bien de savoir qu'on arrive à apporter du bon à la vie des autres...

J'essaie de devenir un meilleur être humain.